Adtechs, promesse d'une publicité ciblée ou sans limites ?

 

Lorsque Maurice Levy, le Président fondateur du géant de la publicité Publicis, avait évoqué le terme "ubérisation" de l'économie, se doutait-il que cette formule s'appliquerait à merveille au marché publicitaire ?

Dans le rôle des agitateurs de pub : les Adtechs, contraction de technologie et advertising (publicité en anglais).

En injectant de la technologie, les adtechs permettent de mieux cibler le marché tout en mesurant l'impact réel des campagnes. Elles émergent dans un secteur en pleine mutation et viennent redistribuer les cartes des acteurs de la la galaxie média. 2016 a d'ailleurs été prolifique pour les levées de fond dans le domaine des technologies publicitaires et marketing.

Les raisons sont multiples : envol de l'achat programmatique, modèle de rémunération du web, poussée des pure players, ergonomie des pubs sur mobile, multiplication des données accessibles sur les réseaux sociaux (data-driven marketing...) sans compter l'arrivée de la blockchain. Pas un jour ne passe sans qu'une nouvelle technologie interroge sur la manière de communiquer et bouscule le tryptique annonceur-média-régie pub.

L'organisme d'étude et veille médias Kantar révéle sans surprise la progression toujours plus marquée des médias digitaux (+4,8%), seul canal à dépasser les 3% de croissance en 2016... Faut-il pour autant délaisser les autres modes de communication ? En réalité, les annonceurs doivent privilégier une communication cross-canal quitte à être sur tous les fronts. Car si la publicité digitale semble promise à un bel avenir, elles pourrait être remise en cause par le developpement exponentiel des adblockers (+30% d'utilisateurs en 2016) et le décret d'application de la loi Sapin sur la transparence de la publicité en ligne. En effet, celui-ci a été réclamé à corps et à cris par les annonceurs qui ne souhaitaient plus investir aveuglément dans la pub digitale sans obtenir de garantie sur sur l'identité des données qui transitent sur les espaces publicitaires en ligne.

Une étude de la World Federation of advertisers annoncait qu'entre 10 et 30% des publicités en ligne en 2016 étaient gonflées artificiellement. D'autre études avancent même que les robots spammeurs seraient responsables de 49% du trafic internet mondial. Face à ces ennuyeuses révélations, ce nouveau décret imposera aux vendeurs d'espace d'établir un contrat clair sur leur prestation.

Focus sur 3 trublions de Grand Paris Seine Ouest qui dépoussièrent votre communication :

 

 

La start-up a développé une technologie performante basée sur un système d’enchères qui propose vos espaces publicitaires aux plus gros acteurs de la publicité mondiale. Cet algorithme permet ainsi de rentabiliser votre site internet grâce à la publicité

 

La société de street marketing embarqué propose à des annonceurs de diffuser leur publicité à bord d’un taxi ou d’un VTC. Comment ? En proposant la mise à disposition d'objets promotionnels sponsorisés à destination du client.

 

La start-up française SYNC a lancé sa régie spécialisée dans la pub mobile synchronisée avec la TV. L'idée est de concevoir de nouveaux messages publicitaires moins intrusifs grâce au rebond digital immédiat sur les publicités TV ou radio.

 

 

 

Dernières actualités

La Société du Grand Paris et Grand Paris Seine Ouest ont le plaisir de convier les entreprises à une réunion d'information sur les futurs travaux de la ligne 15 du Grand Paris Express

Lire la suite +

Elle était la reine du CES Las Vegas en janvier 2017. Elle, c'est la voiture autonome. Entre paradoxes, rêveries et progrès technologiques, petit tour d'horizon des initiatives des acteurs qui dessinent le véhicule de demain

Lire la suite +

Accompagnée par Seine Ouest Entreprise, Ma Petite Couche remet au goût du jour la couche lavable en fluidifiant le parcours client via un service de location, livraison à domicile et nettoyage de couches lavables made in France

Lire la suite +

A l'occasion de son renouvellement, le Conseil Régional des Jeunes (CRJ) lance un appel à candidature aux jeunes de 16 à 26 ans

Lire la suite +